Véhicules de collection à vendre

Maserati 3500

Maserati 3500, Le Riche France Maserati 3500, Le Riche FranceMaserati 3500, Le Riche FranceMaserati 3500, Le Riche FranceMaserati 3500, Le Riche FranceMaserati 3500, Le Riche FranceMaserati 3500, Le Riche FranceMaserati 3500, Le Riche FranceMaserati 3500, Le Riche FranceMaserati 3500, Le Riche FranceMaserati 3500, Le Riche France
Maserati 3500, Le Riche France
Marque : Maserati Modèle : 3500 Année : 1961 Kilométrage depuis restauration : 11183 Prête à être immatriculée : Oui

Maserati 3500 GTi Coupé
1961
Carrosserie Touring
2+2
Immatriculée en Belgique
N° de Châssis: AM 1012126
N° de Moteur: AM 1012126
3485cc
Boite manuelle 5 vitesses
11183km depuis restauration
Gris métallisé intérieur cuir rouge
jantes Borrani

la production des 3500 GT débuta en 1957. 18 voitures furent construites cette année là, et la première livraison eut lieu juste avant Noël.

Toutes les 3500 GT avaient un intérieur cuir et une instrumentation Jaeger. D’abord sur la liste des options, les disques à l’avant et le différentiel à glissement limité devinrent de série en 1960. Les disques à l’arrières firent leur apparition au millésime 62.

La 3500 GTi fut présenté au Salon de l’Auto 1960 et devint l’année suivante la première voiture italienne de série à injection. Une Lucas mécanique, qui  permettait à cette Maserati d’afficher 232 ch. Equipée désormais d’une boite ZF 5 vitesses, la 3500 GTi adoptait un toit rabaissé, s’allongeait légèrement et se dotait d’une nouvelle grille de calandre et de nouveaux feux arrières.

Au total, 2 226 3500 GT, coupés et décapotables furent produites entre 57 et 64. Avec 61 comme meilleure année puisque 500 voitures furent livrées. Maserati devenant avec ce modèle, un rival sérieux pour Ferrari et Aston Martin.

La carrosserie de l’exemplaire à vendre chez Le Riche a été restaurée en Grande Bretagne et se présente en « showroom condition », modèle d’exposition.

L’intérieur, le compartiment moteur, le coffre, les jantes Borrani, ont été, également, parfaitement restaurés, alors que les pare chocs en aluminium sont ceux d’origine.

Historique complète avec papiers d’immatriculation, carnet d’entretien et trousse à outils originaux.

Ainsi, il apparait que la voiture, vendue en Mars 62 au Maire de Milan, équipée alors de l’injection Lucas et de 4 freins à disques, retourna à l’usine en 65 pour recevoir ses carburateurs Weber triple corps.

Cette 3500 GTi fut vendue ensuite aux enchères, en 1994 par Coys, à un particulier belge qui lança sa restauration complète, à partir de pièces d’origine uniquement.

Le prix demandé pour la Maserati s’entend livrée à St-Malo en Bretagne, toutes taxes d’importation payées.